Découvrir

Venez découvrir une région au passé culturel et industriel très riche et joliment surnommée

* La vallée des lacs *

Habay, terroir de traditions, de légendes et d'histoires.

Des paysages d'une beauté exceptionnelle avec une nature préservée entre Ardenne et Gaume.

Un enchantement pour les randonneur.

Un grand bol d'air en toutes saisons.

Habay a encore beaucoup d'autres secrets à révéler et lieux à faire connaître mais à chaque jour ses découvertes.

Le promeneur y appréciera
Châteaux, Ruisseaux, Rivières, Etangs, Lacs, Chutes d'eau, Fontaines, Cascades, Chapelles, potales.
Calme et Nature.

Entre Ardenne et Gaume, à l'orée de la forêt d'Anlier, dans la succession de ses étangs et la diversité de ses villages, la commune de Habay offre à qui veut la visiter de multiples occasions de loisirs et de détente. Le charme des villages, les murs de shiste, les petites maisons chaudes alignées le long de la vallée, les activités artisanales, les produits du terroir, disent qu'il fait bon vivre dans ce pays où l'histoire et les légendes se confondent pour ajouter au pittoresque.

Notre plus grand plaisir sera de garantir aux participants, à l'occasion de nos organisations,
une marche agréable, délassante et intéressante.

LES CHATEAUX DE HABAY

Auteur des fiches : centre de documentation de Habay.

Les sites du Pont d'Oye, du chatelet, de la trapperie et de Bologne.

Ce n'est pas par hasard si au XVIème siècle, des industriels se sont intéressés à la vallée de la rulles. Deux facteurs prépondérants les attiraient en ces lieux : l'eau et la forêt. La rulles en débit rapide et la vallée très large par endroit était un emplacement idéal pour installer des usines mues par l'énergie hydraulique. La forêt toute proche, quant à elle, allait fournir le bois transformé en charbon cet excellent combustible nécessaire à la fabrication du fer. Cinq usines furent établies en peu de temps et à quelques kilomètres de distanceformant ainsi un pôle industriel qui rayonna pendant plus de deux siècles et qui est à l'origine du développement des deux Habay et de la vallée tout entière. Ces sites merveilleux font partie du cadre naturel aujourd'hui. Leur aspect actuel nous fait parfois oublier l'impotance des travaux accomplis par l'homme pour discipliner le cours de la rulles.

Les grands lacs et étangs qui s'enchaînent de la Fabrique à la Trapperie sont en fait des réservoirs artificielscréés de toutes pièces afin de réguler le cours de la rivière. Elle fut donc * canalisée * son lit initial fut modifié pour répondre aux besoins de l'industrie.

Le minerai traité a été extrait en Lorraine Belge et Française. Pour ce transport, des centaines de voituriers ont été nécessaires. La tradition populaire rapporte rapporte d'ailleurs que c'est une famille de voituriers Habaysiens, les Gaumets, qui donna son nom à notre région. Les routes qu'ils empruntaient ont conservé la trace de cette activité. Elles se dénomment :
* Vouye des Crasses * * Rue des Mineurs * * Chemin du charbon *

C'est durant le milieu du XIXème siècle, que les usines commencèrent à décliner. On peut imputer ce déclin à de nombreux facteurs : l'exploitation intensive de la forêt, une hausse des prix de revient de la fonte, une mauvaise conjoncture économique ou un coût de transport devenu trop élevé. Des reconversions ont été réalisées. Une papeterie au Pont d'Oye, à Bologne et au Châtelet, une scierie et à la Trapperie une école d'agriculture et une fabrique de pointes.

 

 

Le Site du Pont d'Oye

La naissance du domaine du Pont d'Oye est intimement liée aux débuts de l'industrialisation de la vallée de la rulles. Les premières usines sont l'oeuvre de Ferdinand d'Everlange, qui obtient, en 1607, le report vers l'amont, c'est à dire sur le site du Pont d'Oye, d'une usine créée au bout de l'étang du Châtelet en 1547. Deux autres maîtres reçoivent des concessions analogues : Gérard Chapiron et Adam Régnier. L'usine de ce dernier prend le nom de Forge du Prince ( qui provient du fait qu'Adam Régnier fut contraint de la céder au Roi en 1624 ).
Après les graves problèmes du début du XVIIème siècle ( peste, guerres, ... ) les usines connaissent une période difficile.
1642, Jeanne Peti obtint l'érection de son domaine en seigneurie particulière et fait bâtir château, chapelle et moulin. Cet ensemble devient la Segneurie du Pont d'Oye.
Par la suite le domaine passe entre d'autres propriétaires, parmi ceux-ci il y a la célèbre Marquise du Pont d'Oye, dont la tradition populaire n'a conservé qu'une figure négative de * folle dépensière *
Durant la révolution Française, les usines sont arrêtées et pillées. Le château subit le même sort. Il est saccagé et partiellement démoli. Les usines sont vendues par actes séparés.
1810 Antoine Joseph Albert rase une grande partie de l'ancienne demeure seigneuriale dont ne subsiste aujourd'hui que les communs et les écuries. En 1827 il construit un nouveau manoir à l'endroitoù s'élève le château actuel.
En 1846 le nouveau propriétaire Constant d'Hoffschmidt transforme les usines et obtient l'autorisation d'exploiter une papeterie mécanique, inaugurée officiellement par le Roi Léopold Ier. Cette papeterie fermera ses portes en 1884.
Le château passe aux mains du Baron de Pitteurs-Hiégart qui en fait sa demeure familiale. Le Pont d'Oye est transformé en une belle propriété privée.
En 1932 le Baron Pierre Nothomb acquiert le domaine et devient le moteur du renouveau du Pont d'Oye. Ecrivain et poète, il en fait un centre où se côtoient peintres, musiciens, écrivains et hommes politiques. Il jette également les bases de l'orientation politique en favorisant la reconversion de certains bâtiments en lieu d'hébergement et restaurant. A l'heure actuelle, la vocation hôtelière du domaine du Pont d'Oye s'est encore accrue. Les établissements qui y sont implantés sont de renom international.

 

 

Le Châtelet

Acquis par la commune de Habay-la-Neuve en 1974, le parc communal du Châtelet est devenu un des pôles d'attraction de l'entité.
La magnifique propriété vaut surtout le détour par ses magnifiques espaces verts, son grand étang, son château qui habrite aujourd'hui les divers services communaux, mais aussi par ses infrastructures sportives et récréatives. Le site a un passé très riche puisqu'il habrita durant de longues décénnies les bâtiments des usines de fer du Châtelet-Bas.

 

Le Château de la Trapperie

En 1613, Herman de Trappé, ancien Bourgmestre de Liège, établit une usine le long de la rulles. Il donnera son nom au domaine.
En 1737 ( millésime au-dessus du porche d'entrée ) le château fut reconstruit par Servais-François de Baillet. Il y fit placer ses armoiries ainsi que celles de son épouse, Mechtilde de Hamal. On peut les voir au-dessus du porche et sur une grille bordant l'étang. Ils sont inhumés dans le choeur de l'église de Habay-la-Vieille.
En 1783 la famille de Baillet cède ses usines et le domaine à François-Henri d'Anethan. Celui-ci géra admirablement les usines, surtout pendant la période Française, époque troublée où le commerce connt un légin déclin.
Ses héritiers décident, en 1839, de fermer l'usine. Le château vide est mis en location. Charles Rogier, alors ministre de l'Intérieur, y installe une école d'agriculture supprimée en 1855.
En 1871, son propriétaire, Auguste de Bellefroid d'Oudoumont, transforme le domaine, rase les usines et restaure le château qui prendra l'aspect que nous lui connaissons aujourd'hui. Une nouvelle tour est érigée à l'angle N/O.
Le Vicomte de Curel, propriétaire, embellit encore le domaine, démolit les derniers vestiges des forges, fait bâtir les écuries et commande la sculpture en bronze du parc. Il s'agit d'un cerf, de la biche et du faon. Il existe un second exmplaire de ce chef-d'oeuvre de Le Duc, dans les jardins du Luxembourg à Paris.
En 1920, Elisabeth de Moustier, petite fille de la famille de Curel, qui avait épousé le Prince Louis de Mérode, devient propriétaire du domaine. Son fils, le Prince Richard de Mérode en a été le propriétaire jusqu'en mai 1998, date de son décès. A l'heure actuelle, le domaine est la propriété de la famille du Prince de Mérode soit :
Madame la Comtesse Antoinette de Mérode et son époux Monsieur le Comte Claude d'Aspremont Lynden.


 

LE DOMAINE DE BOLOGNE

Au XIIIème siècle, le Château fort de Bologne, un des plus important de la vallée, est attesté en ces lieux. Il occupait le haut du plateau nord de la rulles. Selon la tradition, une partie de ce promontoire fut détachée du plateau afin de créer un ouvrage de défense et ainsi donner naissance à la cascade. Le château de Bologne avait notamment sous sa juridiction les villages de Habay-la-Neuve, Houdemont, Rulles et Marbehan.

 

http://www.habay.be
http://www.habay-tourisme.be/
http://www.province.luxembourg.be/tourisme
http://www.province.luxembourg.be
http://www.ftlb.be

 

Sigle du Club